L’assurance retraite complémentaire des auto-entrepreneurs

retraite

La retraite complémentaire des auto-entrepreneurs fait souvent l’objet de confusion avec celle de ses salariés, or, l’auto-entreprise, du fait de la forme de la société en elle-même procède rarement à des embauches.

Il faut dire que la retraite complémentaire obligatoire que les entreprises versent auprès de l’ARCCO et de l’AGIRC concerne les cotisations émanant de leurs salariés. Le problème se pose autrement pour la retraite complémentaire de l’auto-entrepreneur lui-même.

Le RSI ou régime social des indépendants

L’auto-entrepreneur, comme tout travailleur a vocation à cotiser pour sa retraite et ce, au titre du régime social des indépendants si son activité est de nature artisanale ou commerciale.

Par contre, s’il s’agit d’une profession exercée à titre libéral, cette cotisation pour la retraite se fait au niveau de la CIPAV appelée aussi caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse.

Il faut savoir que dans ces hypothèses, l’auto-entrepreneur cotise aussi bien au titre de la retraite de base que la retraite dite complémentaire.

A l’âge de la retraite, l’auto-entrepreneur recevra donc une pension de retraite dès lors qu’il cesse son activité. Le montant des versements dépendra de celui de ses cotisations qui doivent répondre à un nombre suffisant de trimestres validés.

En effet, un seuil minimal de chiffre d’affaires conditionne la validation de ses trimestres de cotisation dont le montant requis varie selon le type d’activités. Dans la pratique, on a pu constater que la moyenne des auto-entreprises ne valide que 2 trimestres par exercice.

Autant dire que si l’auto-entreprise n’est pas performante, l’auto-entrepreneur pourrait ne pas obtenir une pension de retraite suffisante. La souscription d’une assurance retraite complémentaire se pose alors comme la solution pour pallier à ce manque.

L’assurance retraite complémentaire

Bien que l’auto-entrepreneur ne soit pas tenu par la loi de souscrire à une couverture sociale supplémentaire, il a tout intérêt à le faire afin de s’assurer d’une pension de retraite suffisante d’autant plus que son chiffre d’affaires annuel peut ne pas lui permettre de valider assez de trimestres.

L’assurance retraite complémentaire constitue alors la meilleure alternative dans la mesure où elle assure une meilleure protection à l’auto-entrepreneur toujours soumis au risque que son activité ne lui rapporte pas assez.

Elle est d’autant plus avantageuse qu’elle peut être cumulé à tout autre rente de ce type, acquise grâce à des cotisations de salariés par exemple. c

Ainsi, que son activité soit rentable ou non, l'auto-entrepreneur pourra bénéficier d’une prime de retraite décente sans parler du fait que s’il opte pour une assurance prévoyance, plus large que la complémentaire retraite, il bénéficiera aussi d’une couverture de ses frais en cas de longue maladie, d’accident, de chômage…

La complémentaire retraite figure assurément dans la liste des assurances personnelles que l’auto-entrepreneur doit considérer en priorité pour se prémunir des risques liés à son activité surtout lorsqu’il n’a pas d’emploi salarié exercé parallèlement à son statut d’auto-entrepreneur.

L’assurance prévoyance spécialement conçue pour les auto-entrepreneurs peut aller plus loin selon les cas en pensant par exemple aux rentes destinées au conjoint ou encore pour assurer l’éducation des enfants. Il existe des exclusions contractuelles propres à chaque conrtat d''assurance destinée à couvrir l’auto-entrepreneur. Parmi ces exclusions, on citera notamment les conséquences liées à la pratique de sports dangereux.

Il existe de nombreux contrats proposés par quasi tous les acteurs du marché de l'assurance. Les banques propose également ce type de contrat. Il convient donc de comparer :

Pour gagner du temps dans la souscription de votre contrat d'assurance retraite auto-entrepreneur, remplissez une demande de devis ci-dessous pour obtenir gratuitement plusieurs propositions. Ce service est sans engagement.